TFGA n°23 : Réapproprie-toi le TFGA

tfga_bannière

On est le 20 du mois, et qui dit 20, dit aussi l’heure du TFGA ! Et ce mois-ci, le 20 est également le signe que je viens de me manger une année de plus dans les dents. Mais laissons de coté les sujets qui fâchent et place à notre top 5 !

Pour les retardataires, le Top Five Game Addict a été initié par Alex du blog Alex-Effet. Et chaque mois, ils proposent aux blogueurs ou youtubeurs de se retrouver autour d’un classement sur un thème donné. Un TOP 5 gaming, pour résumer !

Ce mois-ci, le thème choisi est “Réapproprie-toi le TFGA“. Sous ce nom explicite, nous nous retrouvons tous avec un cahier de vacance à remplir puisque nous devons créer notre propre thème. Un thème libre dans un TFGA, il fallait oser. Et Alex l’a fait !

TFGA n°23 : Les jeux de notre enfance

Sega Master System II

Pour ma part, je décide donc de créer le thème “les jeux de notre enfance”. Parce que nous avons tous été enfant et pour beaucoup, nous sommes nés avec une manette entre les mains ou éventuellement, nous avons commencé à jouer avant même d’apprendre à marcher. Ouais, rien que ça. Et la richesse de ce thème est aussi que nous ne sommes pas tous de la même génération, n’ayant pas forcément les mêmes références lorsqu’on parle de notre enfance.
Et comme on se réapproprie totalement ce classement, j’ai décidé d’en faire un Top 6 !

Nintendo 64 Playstation 1 - PS1 - PSOne

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Ca fait déjà plusieurs années que je fête mon vingtième anniversaire, ce qui fait que j’appartiens à la génération Club Dorothée. Mais si, celle avec les Minikeum sur France 3 en rentrant du collègue ou encore celle de l’age d’or des Boys Band !

Même si ma première machine était une Sega Master System II dont j’étais absolument fan, il aura fallu que j’attende la Nintendo 64 (celle avec Mario 64 à l’intérieur) pour passer à une génération de console plus récente. Plus tard encore, il y a eu la PlayStation 1. Et oui, je suis restée sur ma bonne vieille Sega pendant très très longtemps. Une fois ce détail remis dans le contexte, on peut passer au classement !

#6 : Mario 64

Jaquette Super Mario 64

La chose comique, c’est que je ne suis pas spécialement fan de la licence de Mario. Son univers est gentil et mignon, alors que j’ai une grande préférence pour le dark et le trash. D’ailleurs, Mario 64 est le seul et unique Mario auquel j’ai joué (celui sur lequel on joue chez les copains ne compte pas). Malgré tout, il a sa place dans mon classement pour une raison toute bête : il est le premier jeu en 3D auquel j’ai joué !!

Super Mario 64 (1)

Comme précisé dans mon paragraphe précédent, je suis restée très longtemps sur la Master System II de Sega. Je vous raconte pas la baffe que je me suis prise quand j’ai découvert qu’un jeu ne se limite pas qu’à des univers se visitant de gauche à droite.

Même si je ne suis pas fan de la licence, je reconnais que Mario Kart ou Mario Party sont réellement des jeux à avoir chez soi. D’ailleurs, Mario Kart 64 était un de mes jeux fétiches sur cette console.

Super Mario 64 (3) Super Mario 64 (2)

À l’époque, la console Nintendo 64 ainsi que le jeu Mario 64 implanté dans la console coutait 1000 Francs, l’équivalent de 150€ aujourd’hui. C’était mon cadeau de Noël et je l’ai gardé pendant très longtemps.
Malheureusement, je ne l’ai plus aujourd’hui. Ma soeur m’avait demandé de la prêter à l’enfant d’un ami et j’ai bêtement accepté vu que j’étais dans ma période “découverte de la PS2”. Je n’ai jamais revu cette console ni ses jeux que j’avais en pagaille. Certains étaient même collector. Je m’en mords les doigts aujourd’hui.

#5 : Quake

jaquette Quake Nintendo 64

Lorsque j’ai eu ma Nintendo 64 à Noël par ma mère, j’ai reçu Quake à la même occasion par mon frère. Il s’agissait de mon tout premier FPS et j’ai découvert un univers crade et violent dans le monde des jeux vidéo pour la toute première fois. C’était un événement réellement marquant pour moi, à l’époque !!
Aujourd’hui, ça peut sembler risible quand on voit les graphismes mais à mes yeux, c’était la découverte d’un genre totalement inédit et j’ai vraiment eu le coup de coeur pour les jeux à la première personne.

Quake Nintendo 64 (2)Si j’ai réussi à finir le jeu, j’avoue l’avoir fait avec des cheats à l’époque. Si si, ceux que l’on trouvait dans les magazines de jeux vidéo et qu’on espérait trouver chaque mois dans le nouveau numéro. D’ailleurs, j’allais régulièrement chez le marchand de journaux de mon village pour éplucher tous les magazines que je trouvais, et je notais les codes qui m’intéressés sur un brouillon.
Aujourd’hui, on se contenterait de photographier la page du magazine avec notre smartphone, à défaut d’aller sur internet. Mais c’était les joies de l’époque !

Quake Nintendo 64 (1) Quake Nintendo 64 (5)

Après Quake, j’ai voulu découvrir d’autres licences. Il y a eu Doom que j’ai bien aimé mais beaucoup moins que Quake.
J’avais eu un gros coup de coeur pour Turok également avec les flèches que je m’amusais à planter dans la gorge de mes ennemis. Une fois encore, j’étais totalement sous le charme de ce réalisme quand on les voyait rendre l’âme en poussant des “glurgleglg” dégueulasses.
Il y a eu Goldeneye 64 également, une véritable tuerie, sans mauvais jeu de mot. J’ai passé des heures dessus.Quake Nintendo 64 (3)

Depuis, j’aime toujours les FPS mais je les ai définitivement abandonné sur console afin d’y jouer exclusivement sur PC. Un autre détail, je n’aime que les FPS avec un certain travail narratif de fournis et dans un univers fantastique. Metro, Fear, Borderlands, Left 4 Dead, Bioshock sont des licences qui m’attirent. En aucun cas les Call of Duty et autre Counter Strike. Pourtant, j’ai eu une période Medal of Honor mais ça n’a été que la durée de quelques brèves années.

Quake Nintendo 64 (6)

Et pour finir, je ne sais plus si c’était sur Medal of Honor ou Call of Duty, mais l’un des deux proposait une version campagne en coop. Je me souviens l’avoir fait avec mon copain de l’époque qui rageait de me voir jouer mieux que lui. C’était mignon :’)

#4 : Zelda Ocarina of Time

Jaquette Zelda Ocarina of Time Nintendo 64 (1)

Une fois encore, je ne suis pas spécialement une grande addict de la licence Zelda. Même si je reconnais que les jeux sont de qualité, je ne suis pas trop fan des A-RPG à la base, préférant les combats au tour par tour ou assimilé. Pourtant, j’apprécie quand même certains jeux de ce type et Zelda Ocarina of Time est, il me semble, le tout premier auquel j’ai joué.

À l’époque, les graphismes étaient réellement beaux et c’est avec ce jeu que j’ai découvert qu’une OST pouvait réellement être plaisante à écouter même en dehors d’une séance de jeu. D’ailleurs, j’avais pour habitude de laisser le jeu tourner au menus du début (lorsqu’il faut appuyer sur START) afin d’entendre cette musique pendant que je faisais la sieste.
Mention spéciale aux mélodies : Le chant des Tempêtes et La nocturne de l’Ombre.

Zelda Ocarina of Time (6) Zelda Ocarina of Time (2)

Le principe de jouer de la musique à l’ocarina a réellement était un coup de coeur. J’ai passé des heures à en jouer en mélodie libre pour tenter des compositions très maladroites. Mais c’était le pied. Vraiment. Et découvrir un univers aussi grand et des décors aussi variés m’ont réellement mis une claque à l’époque. J’avais adoré la 3D de Mario 64 mais j’étais totalement en pleine jouissance vidéo-ludique à la découverte de Zelda.
De plus, la fée Navy était pour moi un personnage terriblement attachant et trop mignon dont le “Hey listen” ne me dérangeait pas (à l’époque). J’avais également une grande affection pour le peuple zora ainsi que les gerudo et je craquais littéralement sur Nabooru que je trouvais vraiment trop belle.

Zelda Ocarina of Time (3)Zelda Ocarina of Time était avant tout le jeu qu’une amie m’avait prêté. Régulièrement, je lui demandé de me le prêter de nouveau, le temps que je puisse me l’acheter. Il m’avait fallu de nombreux mois pour mettre les 400 francs requis de l’époque afin de me le procurer. Et j’ai même eu le guide officiel.
“J’ai eu”.
Depuis, ma vie n’est que souffrance…

#3 : Resident Evil 2

Jaquette Resident Evil 2Comment aurais-je pu faire un classement sans citer Resident Evil 2 !! Comme je l’ai précisé dans mon TFGA n°20 : les jeux que tout le monde a aimé sauf moi, je suis à la base une grande fan de la licence de Capcom. D’ailleurs, Resident Evil 2 est le jeu à m’avoir fait tomber amoureuse des zombies ! Parce qu’avant, ils me faisaient incroyablement peur (la faute à un film de Romero que j’ai regardé en cachette quand j’avais 4 ans…).
Puis, j’ai fait la rencontre de Léon S. Kennedy et Claire Redfield et j’ai commencé à redécouvrir les morts-vivants et à les prendre d’affection, au point que j’avais l’envie de devenir médecin légiste plus tard (personne ne comprenait ce choix à l’époque, surtout que je n’étais qu’une gamine de 12 ans).

Resident Evil 2 (1)Pour en revenir au jeu, j’ai donc découvert la licence avec le second volet. Je me suis procurée le premier un peu plus tard mais comme bien souvent, c’est celui qui nous fait découvrir une licence qui nous marque le plus. Des zombies, des lickers, des chiens zombies, des plantes carnivores qui crachent de l’acide, des araignées géantes… Un bestiaire qui me faisait réellement froid dans le dos et un jeu qui m’obligeait souvent à le mettre sur “pause” pour pouvoir souffler un peu.

Et que dire du scénario ? Il faut prendre conscience que le jeu est sorti en 98. À cette époque, les licences avec des scénario très bien travaillés pour un public adulte et avec une certaine maturité pour comprendre tous les enjeux n’étaient pas aussi répandues qu’aujourd’hui.

Resident Evil 2 (2) Resident Evil 2 (7)

D’ailleurs, Resident Evil 2 est le premier jeu auquel j’ai joué où l’un de nos choix a une conséquence sur le reste de l’aventure !! Ca peut sembler risible aujourd’hui mais à l’époque, c’était inédit !
Si vous ne voyez pas de quel choix je parle, souvenez-vous : en plus de choisir notre personnage et donc le chemin a emprunter ainsi qu’un scénario un peu différent (Léon rencontrait Ada Wong alors que Claire rencontrait Sherry Birkin par exemple), nous avions la possibilité une fois dans l’armurerie du commissariat de prendre une sacoche ou une mitraillette.
Lorsqu’on jouait la première fois avec Léon, le jeu nous suggérait de laisser l’un des deux à Claire. Et si vous ne le faisiez pas, l’objet n’était plus disponible lorsque vous faisiez le scénario de Claire.

Resident Evil 2 (6)

En plus de tout ça, Resident Evil 2 avait des cinématiques franchement sympa pour l’époque. D’ailleurs, les cinématiques dans les jeux n’étaient pas très répandues non plus dans les années 90… Seules les grosses licences pouvaient se le permettre et celles du tout premier étaient faites sous forme de film avec des vrais acteurs (et des costumes dignes d’un mauvais cosplay).

Resident Evil 2 (3) Resident Evil 2 (8)

Resident Evil 2, c’est donc une histoire d’amour entre les zombies et moi, pour ne pas dire “ma plus belle et plus longue histoire d’amour”. Je les aime depuis ce jour et ça n’a jamais cessé d’être le cas.
Même si aujourd’hui, le genre multiplie les licences que ça soit vidéo-ludique, audio-visuel ou encore dans le domaine de la littérature (et bien trop souvent, il s’agit de navet), ce n’était pas un genre aussi courant à l’époque. Les oeuvres avec des zombies grand-public se comptaient sur les doigts de la main, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Resident Evil 2 (9)

D’ailleurs, je pense que la licence de Capcom a grandement joué sur la popularité des zombies à notre époque actuelle. Il y a clairement eu un avant et un après Resident Evil, au même titre qu’il y a eu un avant et après Twilight pour les vampires.

#2 : Final Fantasy VIII

Jaquette Final Fantasy VIII

Alors que beaucoup encense Final Fantasy VII avec son Sephiroth trop dark et sa Tifa au gros boobs, c’est pour ma part Final Fantasy VIII que je porte dans mon coeur. En réalité, j’ai découvert la licence avec ce huitième… Et oui, j’ai eu ma PS1 assez tardivement… Mais remettons la chose dans le contexte.

À l’époque, Final Fantasy 8 était abordé dans tous les magazines de jeux vidéo. Comme le volet précédent était un succès, ce n’était pas étonnant que l’attaché de presse mettent le bouché double pour ce nouveau jeu et le spot de pub passait à la télé sans arrêt. Les cinématiques étaient somptueuses, l’univers hyper captivant et moi, je n’avais PAS de Playstation 1. J’étais vraiment dégoutée à l’époque… Et je pèse mes mots.

Final Fantasy VIII - 8 (2) Final Fantasy VIII - FF8

J’avais tellement envie de découvrir ce jeu que je gardais en mémoire toutes les photos disponibles et je connaissais limite le texte derrière la boite par coeur. En plus de ça, je rêvais même la nuit que je jouais à Final Fantasy 8…
Aujourd’hui, je n’explique pas l’engouement que j’avais pour ce jeu alors que je ne connaissais absolument pas la licence et que les média de l’époque étaient bien plus avares en info qu’aujourd’hui (les joies de l’absence d’internet).

Final Fantasy VIII - 8 (1) Final Fantasy VIII - 8 (6)

Un jour en rentrant du collège, je vois mon frère me tendre un sac de Cash Converters. À l’intérieur, une PS1 ainsi que le jeu Final Fantasy VIII. Le pire, c’est qu’il ne connaissait pas du tout mon addiction pour FF8 !! Il m’a d’ailleurs avoué avoir acheté la console pour jouer à Fifa et qu’il pensait la revendre avant de partir (il était de passage pour un mois à la maison).
Bien entendu, lorsqu’il m’a vu camper définitivement la PS1, il me l’a laissé.

Pour en revenir à ma découverte de Final Fantasy VIII, elle s’est faite avec des petites étoiles dans les yeux. Les cinématiques étaient clairement les plus belles que j’ai jamais vu. L’histoire, tellement prenante qu’il m’était incroyablement difficile d’aller me coucher et je finissais souvent par me réveiller tôt le matin en week-end pour y jouer.
J’ai absolument tout exploré, découvert presque tous les secrets par moi même, sans l’aide d’un guide ou de soluce. J’ai largement dépassé les 99h de jeu (le temps sur ma sauvegarde était même affiché en rouge) et j’ai obtenu le succès pour avoir tué le minotaure sans la moindre difficulté.

Final Fantasy VIII - 8 (7)J’ai passé des heures sur Final Fantasy VIII. Je l’ai fini facilement plus d’une dizaine de fois aujourd’hui. Et tous les 2 à 3 ans, j’ai tendance à me le refaire de nouveau. D’ailleurs, je pense que j’aurai envie de relancer le jeu d’ici la fin de l’année, juste après avoir terminé Final Fantasy XV… Et rien que rédiger ce paragraphe me donne la terrible envie de m’y remettre de suite !

Final Fantasy VIII - 8 (3) Final Fantasy VIII - FF8 (2)

Bref, je ne vais pas m’éterniser sur ce jeu qu’absolument tout le monde connaît… Mais pour faire simple, c’est celui ci qui m’a fait découvrir les J-RPG et les combats au tour par tour. Un véritable coup de coeur qui ne m’a jamais lâché depuis. Si je devais finir sur une île déserte avec un seul jeu jusqu’à la fin de mes jours, ça serait clairement celui-ci.
Je voue un culte à Final Fantasy VIII. Et ce n’est pas prêt de changer.

#1 Prince of Persia

Jaquette Prince of Persia Sega Master System II

Vous allez me dire “Avec le spitch qu’elle nous fait sur Final Fantasy VIII, comment ça se fait qu’il n’est pas premier ?”. Il est vrai que ça peut sembler étrange. Et pourtant, il y a une logique imparable.

Lorsque j’ai découvert les jeux vidéo alors que j’étais toute petite, c’était sur la Sega Master System II. À l’époque, pas de Final Fantasy dans ma geekothèque (ou plutôt ludothèque) mais des jeux comme Sonic, Shinobi, Golden Axe et… Prince of Persia.

Prince of Persia était un jeu de plate forme en 2D, à l’époque. Les niveaux étaient réellement labyrinthiques et il y avait des tonnes de pièges qui voulaient notre mort, en plus des nombreuses fioles de poison qui trainaient par terre. Parfois, on pouvait courir tranquillement et se manger une dalle du plafond qui venait s’écraser sur notre prince qui perdait un coeur de vie. Sans oublier les ennemis qui cherchaient à nous embrocher de leur cure-dent.
D’ailleurs détail amusant : même si j’ai adoré Prince of Persia, c’est le seul de la licence à m’avoir séduite, le coté 3D m’ayant rebuté.

Prince of Persia Master System II (1)

Au niveau de l’histoire, c’était bien entendu bien plus allégé que les Prince of Persia d’aujourd’hui… Dans la cinématique d’intro, on voyait un vieux papy cherchant à approcher une princesse blonde visiblement captive. Celle-ci ne voulant pas, on la voyait faire un pas en arrière. Le sultan, fou de rage, déclenchait un sablier qui ne nous accordait qu’une seule petite heure pour retrouver notre jolie princesse blonde. Et quand je dis une seule petite heure, c’est une heure réelle ! À chaque passage de niveau, le jeu nous indiquait le nombre de minute qu’il nous restait… Tic tac tic tac, le jeu qui te fout pas la pression.

Prince of Persia Master System II (3) Prince of Persia Master System II (2)

À l’époque, mon père m’avait obtenu un code pour passer les niveaux et me permettant d’accéder directement au tout dernier. C’est ainsi que j’ai pu découvrir la “cinématique de fin” car le jeu était bien trop difficile pour moi.
Ce dernier niveau était vraiment très simple !! Plus un seul ennemis en vu (le sultan ayant été affronté et tué dans le niveau précédent), juste un couloir allant de droite à gauche. On avance, on court, on passe un écran, deux écrans, trois écrans… Le quatrième écran est le dernier. Notre personnage bouge tout seul et on peut poser la manette. Il continue de courir mais cette fois-ci, c’est vers sa princesse rousse qui lui saute dans les bras. Il l’a fait voler autour de lui avant de l’embrasser. Fin du jeu.

Prince of Persia Master System II (4)

Sa princesse rousse.
Rousse.
Au début du jeu, elle est blonde.
Le prince n’a jamais réalisé qu’il s’est trompé de princesse.

Honnêtement, j’en rigole aujourd’hui mais j’ai vraiment fait un blocage sur la couleur de cheveux de la princesse pendant des années. Quand j’étais gosse, je harcelais mon père pour qu’il trouve un moyen de retrouver “la vraie princesse”, persuadée qu’il y avait un niveau caché. Comme quoi, Mario et Zelda n’ont pas le monopole en matière de sauvetage de princesse et de fail.

Prince of Persia Master System II (5) Prince of Persia Master System II (7)

Pour conclure ce paragraphe mais aussi ce TFGA, Prince of Persia n’est clairement pas mon jeu préféré aujourd’hui. Je porte bien plus d’affection à Final Fantasy VIII comme je l’ai précisé plus haut. Cependant, Prince of Persia a quelque chose d’unique qu’aucun autre jeu ne pourra m’apporter : il m’a déclenché l’affection des jeux vidéo. Parce qu’il faut le reconnaître, même si je jouais à d’autres jeux à l’époque que j’aimais aussi, même si j’aurai très probablement continué à aimer les jeux vidéo sans lui, Prince of Persia reste mon tout premier coup de coeur vidéo-ludique. Il a été mon tout premier “jeu préféré”. Celui sur lequel j’ai passé des heures et dont je ne pouvais me passer jusqu’à l’arrivée de la Nintendo 64 dans ma vie des années plus tard.

Prince of Persia a marqué le début d’une histoire d’amour entre les jeux vidéo et moi. En réalité… Il est ma première histoire d’amour. Et une première histoire d’amour ne s’oublie pas.


Mon classement est terminé pour ce mois-ci ! On se retrouve bien entendu le mois prochain pour un nouveau thème mais avant tout, n’hésitez pas à venir consulter les Top de mes chers collègues blogueurs en commençant par Alex-Effect. Et n’oubliez pas de leur laisser un petit commentaire, ça fait toujours plaisir :)

Tiloa   Band of Geeks  Seilin  Coffee Quest
Foine Grim  Oncle Sam  Hibou 
 Sweet Nanakie

Aya

Salut ! Moi c'est Aya, geekette, blogueuse et youtubeuse à mes heures perdues. J'aime les RPG, les étoiles et les chats qui chient des arc-en-ciel. Installe toi et prends un curly !

Vous aimerez peut être aussi...

11 Réponses

  1. Hibou dit :

    FF8 best FF ever! \o/

    Un très chouette top (bon anniversaire, donc?) :)))

  2. Super classement avec d’excellents jeux mis en lumière ! Je suis d’accord avec toi dans l’ensemble. Curieux tout de même que tu cites FF VIII plutôt que FF VII mais si tu as découvert la PS1 à cette occasion c’est tout à fair normal… Je t’invite à jouer au 7ème opus qui est sorti sur console next-gen y’a pas longtemps ! Très bon blog en passant :)

    • Ca surprend toujours lorsque je parle de FF VIII… La vérité, c’est que je n’ai pas accroché à FF VII :) En même temps, je l’ai découvert bien des années plus tard, durant la sortie de FF X-2. Graphiquement, il avait pris un sacré coup dans les dents et je n’ai pas réussi à faire abstraction de ce détail. Cependant, je pense que je devrais tenter de le redécouvrir aujourd’hui, mon ressenti serait probablement différent :)

      Merci pour ton commentaire et à très bientôt !

  3. Alexandre dit :

    Ooooh excellente cette idée de thème, j’aurais adoré y penser durant ces 2 années d’existence :D

    Et du coup lire ton classement c’est un peu comme regarder ton journal intime de la gameuse c’est vraiment sympa ! Je me suis pas mal retrouvé sur le Mario 64 d’ailleurs, car je ne suis pas un fan de la licence et je ne crois même pas avoir fini le jeu à l’époque mais … il m’a marqué également, la sensation de liberté/univers énorme était à son apogée dans ce jeu c’était ouf :o

    Pour FF8, que je n’ai toujours honteusement pas repris, que c’est beau de lire la passion qui habite un fan de FF ! J’ai découvert la saga par le 9 et le X est mon préféré, mais c’est justement intéressant de lire des avis concernant d’autres épisodes :)

    Beau classement en tout cas, bravo !

    • Aya dit :

      Tu pouvais pas me faire plus plaisir en me disant ça, ça veut dire que j’ai bien choisi mon thème :)

      J’avoue qu’avec ce TFGA, c’est réellement ma fibre de gameuse qui est mis en avant. J’y parle de mes premiers pas dans le milieu. Une première fois est quelque chose d’assez sacré à la base :D
      Contente de voir qu’on se retrouve sur Mario 64 ^^ J’avoue qu’il y avait un aspect de liberté vraiment fantastique pour l’époque !

      Toujours pas terminé FF8 ?? Bouuuuh !! Au bucher !! ^^ Le X m’a énormément touché aussi !! D’ailleurs, je suis en train de le refaire sur PS4 après l’avoir refait sur PS3 l’an dernier :) Y’a pas à dire, les FF sont vraiment des jeux indémodables !

  4. Très très joli top !

    Des classiques du jeu vidéo mais que des hits ! Mario 64, Ocarina of Time et Resident Evil 2 sont juste inoubliables ! Quake j’ai surtout joué au troisième opus sur Dreamcast en local donc je ne suis pas forcément un grand fan mais je comprends l’engouement. ;)

    Quand à Final Fantasy VIII je n’ai rien à redire. Si pour ma part j’adule le VII je reconnais que le VIII est vraiment excellent et agréable à jouer (faudrait que je le refasse d’ailleurs un de ces jours…). Ce qui est fun c’est que généralement les fans du genre adulent le premier FF auquel ils ont joué. ^^

    Excellent TFGA en tout cas ! Merci pour cette lecture.

    • Aya dit :

      Merci pour ton commentaire :)

      J’ai remarqué aussi qu’on est tous très sensible à notre premier FF !! Mis à part pour le 13… Du moins, j’ai jamais connu quelqu’un me dire “J’ai découvert les FF avec le 13 et c’est mon préféré”. Bon ok, j’arrête de lapider le mal aimer de la série… Même s’il le mérite, c’est pas très fair play de tirer sur l’ambulance :x

  5. Samuel dit :

    Ce classement est impressionnant. Pour ma part, à l’époque, j’ai seulement joué à Mario 64. C’est le seul jeu qui m’intéressait. :) Mes neveux et nièces, eux, diront certainement un jour que les jeux flash de ce site http://www.prizee.com/ étaient les seuls divertissements auxquels ils ont joué durant leur enfance. Ils semblent y être accros ! Cependant, je suis sûr que cela va changer dans quelque temps. J’espère juste qu’à l’avenir, ils auront l’occasion de vivre leur passion, tel que nous le faisons actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

CommentLuv badge